-eau


-eau

⇒-EAU, suff.
I.— Suff. formateur de subst. masc. à valeur dimin ou péj.
A.— Suff. formateur de subst. désignant un animal.
1. [La base est un subst.] Petit d'un animal :
baleineau. « Petit de la baleine »
cailleteau. « Petit de la caille »
carpeau. « Petit de la carpe »
chevreau. « Petit de la chèvre »
coquardeau. « Petit du coquard »
dindonneau. « Petit du dindon »
éléphanteau. « Petit de l'éléphant »
faisandeau. « Petit du faisan »
fauconneau. « Petit du faucon »
girafeau. « Petit de la girafe »
louveteau. « Petit du loup »
paonneau. « Petit du paon »
pigeonneau. « Petit du pigeon »
renardeau. « Petit du renard »
serpenteau. « Petit du serpent »
souriceau. « Petit de la souris »
2. Petit animal :
a) [La base est un subst.] :
bigorneau. « Petit coquillage comestible »
dragonneau. « Ver filiforme des régions chaudes »
moineau. « Oiseau passereau »
b) [La base est un verbe] :
grimpereau. « Oiseau passériforme plus petit que le moineau »
B.— La base est un subst.; suff. formateur de subst. désignant une pers., à valeur dimin. ou péj. :
acteureau. « Mauvais acteur »
chemineau. « Personne qui parcourt les chemins, en vivant au jour le jour »
poétereau. « Mauvais poète »
tyranneau. « Tyran de petite envergure »
Rem. On rencontre également ds la docum. brigandeau, conneau, friponneau, gitonneau, larronneau, satyreau, vieillardeau.
C.— La base est un subst.; suff. formateur de subst. désignant un inanimé concr., à valeur dimin.
1. Domaine de la nature :
boqueteau. « Petit bouquet d'arbres »
chêneau. « Petit chêne »
ormeau. « Petit orme »
2. Domaine de la construction :
bardeau. « Petite planche utilisée pour la toiture »
caveau. « Petite cave; construction souterraine servant de sépulture »
closeau. « Petit clos »
lanterneau. « Petite lanterne au sommet d'une coupole »
mâtereau. « Petit mât »
mureau. « Maçonnerie de la tuyère d'un fourneau de forge » (LITTRÉ)
soliveau. « Petite solive »
3. Domaines divers :
cordeau. « Petite corde servant à des tracés »
cuveau. « Petite cuve »
flûteau. « Petite flûte »
hachereau. « Petite hache »
jambonneau. « Petit jambon »
panonceau. « Petit panneau »
II.— Suff. formateur de subst. masc. sans valeur dimin., parfois avec valeur augm.; le dér. ainsi formé offre souvent un sens très éloigné de celui du mot de base.
A.— Subst. ethnique désignant une pers.; le mot de base est un nom de ville; le suff. corresp. est au fém. -elle :
manceau. « Habitant du Mans et de la région »
tourangeau. « Habitant de Tours et de la région »
B.— Subst. désignant un inanimé concr.
1. Domaine de la nature
a) Base nom. :
pineau. « Vin liquoreux préparé dans les Charentes »
semenceau. « Plant de betterave conservé pour la graine »
terreau. « Engrais naturel composé de terre végétale et de produits de décomposition »
tuf(f)eau(tufeau, tuffeau). « Tuf calcaire poreux et tendre, utilisé dans la construction »
vigneau. « Petit coquillage comestible »
b) Base verbale :
bigarreau. « Variété de cerise bigarrée »
pâtureau. « Pré de pâture »
2. Domaine de la construction
a) Base nom. :
barreau. « Barre de bois ou de métal servant de clôture ou de support »
claveau. « Pierre taillée en coin, utilisée dans la construction des voûtes ou des linteaux »
faîteau. « Ornement qui surmonte le faîtage »
têteau. « Extrémité d'une maîtresse branche »
tombeau. « Monument funéraire »
b) Base adj. :
doubleau. « Solive d'un plancher qui soutient les chevêtres »
c) Base verbale :
ouvreau, techn. « Ouverture pratiquée dans la paroi d'un four »
3. Domaines divers
a) Base nom. :
bandeau. « Bande dont on ceint le front ou la tête »
chrémeau. « Petit bonnet dont on coiffe l'enfant baptisé »
écriteau. « Petit panneau portant une inscription »
naseau. « Narine de certains mammifères, notamment du cheval »
organeau, mar. « Anneau de fer »
plumeau. « Ustensile de ménage, formé d'un manche court auquel sont fixées des plumes, et qui sert à épousseter »
pommeau. « Tête arrondie de la poignée d'un sabre, d'une épée »
pruneau. « Prune séchée »
tableau. « Panneau plat destiné à recevoir une inscription »
tonneau. « Grand récipient cylindrique »
tourteau. « Résidu de graines, d'oléagineux, destiné à l'alimentation du bétail »
b) Base adj. :
plateau. « Support plat utilisé pour poser ou transporter divers objets »
rondeau. « Poème à forme fixe du Moyen Âge »
c) Base verbale :
cerneau. « Noix tirée de sa coquille »
tombereau. « Char servant au transport des matériaux et qu'on décharge en le basculant en arrière »
traîneau. « Véhicule muni de patins qui glisse sur la neige ou la glace »
C.— La base est un subst.; subst. désignant un inanimé abstr. :
bonneteau. « Escroquerie au jeu de cartes »
Morphologie.
A.— Var. morphol. de la base.
1. Modifications de la syll. finale
a) Modifications vocaliques :
[] > [e] chrême-chrémeau; poète-poétereau
[] > [] chèvre-chevreau
dénasalisation [] > [] dindon-dindonneau
dénasalisation [] > [a] tyran-tyranneau
b) Modification consonantique :
[s] > [z] bis-biseau
c) Modifications vocalique et consonantique :
clef-claveau, nez-naseau
2. Apparition dans la prononc. d'une consonne non articulée dans le mot de base :
brigand-brigandeau, écrit-écriteau
3. Apparition d'un d anal. de transition :
faisan-faisandeau (cf. brelan-brelander)
4. Redoublement de la consonne nasale en fin de rad. dans le cas de dénasalisation :
dindon-dindonneau, faucon-fauconneau
B.— Var. suff.
1. Suff. second. :
-ceau lion/lionceau
-ereau mât/mâtereau; poète-poétereau
-eteau loup/louveteau
-onneau lion/lionçonneau; rat-ratonneau
2. Suff. homophone : -eau/-ot < lat. vulg. -ottum
a) Valeur distinctive :
chemineau. « Vagabond »/cheminot. « Employé des chemins de fer »
cuisseau. « Partie arrière du veau dépecé »/cuissot. « Cuisse du gros gibier »
pineau. « Vin liquoreux préparé dans les Charentes »/pinot. « Cépage »
b) Valeur synon. :
bigorneau/bigornot et synon. vigneau/vignot. « Petit coquillage comestible »
3. Suff. concurrents
a) -ier/-eux :
chicaneau/chicanier/chicaneux. « Personne qui aime la chicane »
b) -on :
lanterneau/lanternon, godelureau/luron.
Étymol. et Hist.
A.— Remonte au suff. nom. lat. -ellus/-ella, qui a servi, dès l'époque class., à former des dér. En lat. pop., le suff. a pris une grande extension, se substituant fréquemment aux suff. -illus et -ulus; les ex. de cette formation sont nombreux : agnus > agnellus > agnel, agneau; barba > barbellus > barbeau; martus > martulus > martellus > martel, marteau; paxillus > paissel, paisseau; transtillus > transtellus > tréteau; fiscus > fiscella > faisselle; margo > margella > margelle.
B.— En a. fr. on enregistre de nombreuses dér. à valeur gén. dimin., dont un bon nombre sont attestées dès le XIIe s. (sous la forme -el, refaite en -eau, par influence anal. des formes du plur.). P. ex. :
corp > corbeau (corbiau, XIIe; TLF, s.v. corbeau)
flambe > flambeau XIVe (BL.-W.5)
fuerre > fourreau (furrel, 1080; Pt ROB.)
fus > fuseau XIIe (ibid.)
ham > hameau XIIIe (BL.-W.5)
huese > houseau XIIe (ibid.)
mors > morceau (morsel, 1155; Pt ROB.)
mus > museau (musel, 1200; ibid.)
tor > taureau (toriau, 1177; ibid.)
Le suff. -eau a gagné p. anal. certains mots isolés comme berceau, chameau, fronteau, linteau, réseau où il s'est substitué à -él ou -euil (cf. NYROP t. 3 1936).
C.— Qq. termes ont été empr. au prov. : cadeau, radeau.
Productivité.
A.— Le suff. a été surtout productif en a. et m. fr. Qq. créations récentes indiquent qu'il est parfois encore utilisé : en dehors de fantaisies d'aut. (acteureau, 1893; brocheteau, 1934), on rencontre lanterneau (1843), chemineau (1853), girafeau (1874).
B.— Clarté, motivation de la formation des dér.
1. L'analyse se fait en gén. facilement; toutefois, dans bon nombre d'ex., la base n'est pas isolable :
que le mot vienne directement du lat. (cf. étymol. A)
qu'il ait été formé sur un mot d'a. fr. disparu (cf. étymol. B) ou sur un mot étr. bateau
ou qu'il ne soit plus compris comme un dér. :
bureau < bure, créneau < cran, rideau < rider, vanneau < van
2. Finale homogr. :
eau < aqua
Prononc. :[-o]. Bbg. COHEN 1946, p. 65. — DARM. 1877, p. 72, 95. — DUB. Dér. 1962, p. 85, 86-92, 105. — ROHLFS (G.). Suffixreichtum in den romanischen Einwohnernamen. In :[Mél. Marchand (H.)]. The Hague-Paris, 1968, pp. 179-189.

-eau ou -elle
Suffixes issus du lat. -ellus, -ella, servant à former des noms masculins (-eau, anciennt -el) et féminins (-elle), et des adjectifs (-eau, -elle; ex. tourangeau).
1 Avec une valeur diminutive (ex. chevreau, girafeau, souriceau, jambonneau; prunelle, passerelle).
2 Avec une simple fonction dérivative (ex. bandeau, barreau, écriteau, pruneau; citronnelle). — REM. De nombreux dérivés sont démotivés, le radical n'existant plus (ex. corbeau, rameau).

Encyclopédie Universelle. 2012.